Créer mon blog M'identifier

Diversification alimentaire - quand on découvre le pot au lactose

Le 27 août 2015, 09:57 dans Maternité 0

 

Il faut que je vous raconte comment j'en suis arrivée à rechercher le petit bidule de la cocotte minute, pour... ben... utiliser la cocotte minute. Ce petit machin, je sais pas vous, mais moi je sais jamais où je le colle. Et généralement je le retrouve avec les couvercles des tupperwares, disparus depuis des années, tombés dans l'espace entre le placard et le mur, là où personne n'a envie de mettre ses mains.

 

 

 

En fait, tout a commencé par la baisse de productivité de mon usine Lactel perso. Du coup, Chouchette a commencé à crever la dalle. Comment ça s'est manifesté ? Elle se réveillait quatre fois par nuit alors qu'elle dormait douze heures d'affilée jusque là. Croyez moi, ça pique. Qu'à cela ne tienne, on investit dans un biberon triple vitesses à tétine souple imitant le sein de maman (mais bien sûr), sans bisphénol, sans colorant, sans conservateur, sans rien du tout et un super lait relais de l'allaitement nia nia nia.

 

 

 

Sauf que la tétine imitatrice, elle trompe personne. La môme se rend compte rapidos que je tente de lui fourguer un truc différent que mon sein (tu m'étonnes, si on avait les miches semblables à du silicone, ça se saurait. Remarque, pour certaines...) et refuse évidemment de boire au biberon. Je vous conseille donc d'investir dans une toile cirée à la place du bavoir. Ensuite, faites appel à toutes vos techniques de diversions. Maman pour Papa, Maman pour Papa, on enclenche le plan arpentage du salon en chantant. Chez nous, toute la famille s'y est mise. Papy a fait le guignol pendant que Mamie tenait le bib. Rien n'y fait, Chouchette hurle, ça éclabousse de partout, elle a du lait jusque dans les oreilles, moi aussi, je transpire tout ce que je peux, je persiste : tu mangeras ton biberon ma fille.

 

Mais un beau matin, paf, Chouchette est couverte de boutons après suite à son « repas ». Après visite chez le pédiatre, verdict : allergique au lait de vache donc pas de produits laitiers jusqu'à un an. Elle veut pas m'annoncer qu'elle veut manger des pousses de soja et du choux kale, faire du pilate et du paddle, ( vous irez sur Google voir ce que c'est au lieu de faire semblant de savoir) et aller chez le maraîcher bio pendant qu' elle y est ? En tout cas, la crise d'urticaire, c'est moi qui l'ai faite en entendant le prix du lait sans lactose à la pharmacie, puisque ce lait n'est dispo que sur ordonnance, évidemment. Si vous êtes pauvre, je vous conseille de pas pondre un enfant intolérant. Essayez de pas être pauvre du coup, c'est peut être moins aléatoire que la génétique. En parlant de génétique, sachez que les allergies, c'est transmis par les chromosomes. Et à votre avis, qui a fait de l'intolérance étant petit ? Chouchou, bien sûr. Avec mon patrimoine génétique, ça risquait pas de venir de mon côté...

 

 

 

Bien sûr, le nouveau lait n'est pas bon. Le pédiatre m'avait prévenue : ça sent le vomi. Ah. Et y a pas un petit génie qui peut faire en sorte que ça sente autre chose que le vomi ? Enfin, nous on trouve que ça sent les Pringles en poudre mixé à de l'eau. Ça fait envie hein ? Du coup, pour faire avaler la pilule à ma petite chose potelée, en plus du lait en poudre, on introduit la purée de légumes dans son alimentation. Purée qui doit, du fait de l'allergie, être faite maison, dixit le pédiatre. Faite maison, c'est à dire ? Avec des vrais légumes ? Trêve de plaisanterie, voilà donc pourquoi j'ai dû sortir ma cocotte minute du fond du placard et me transformer en bobo malgré moi. Remarque, ça me permettra de me sentir supérieure et non coupable quand je dirai aux autres mamans : « ah, tu ne fais pas les purées toi même ? Nan, mais je ne te juge pas. Chacun fait ce qu'il peut ». Personne n'est censé savoir qu'à la base, je suis une pro petits pots.

 

 

 

Sinon, je vous rassure, si jamais vous vous faisiez du soucis, Chouchette a réussi à prendre un kilo en un mois alors qu'elle ne mangeait pas à sa faim. Apparemment, pour ça, elle a pris de mon côté...

 

 

Instant beauté - quand on est mieux servi par quelqu'un d'autre que par soi même

Le 17 août 2015, 12:05 dans Beauté 0

 Je voudrais partager avec vous un de mes moments de plaisir de l'été. La pose du vernis rose fluo de pouffe qui fait moins pouffe l'été. C'est limite chic d'ailleurs, ça sublime une peau bronzée et un corps musclé (quelqu'un a une remarque à faire ? Non ? Ça tombe bien). Bref, ça sent bon le soleil et les vacances. Du coup, j'en profite pour faire un point « pose de vernis ». Je devrais dire un « tuto vernis » pour faire bloggueuse jusqu'au bout. Mais j'assume pas encore jusque là. Je devrais même le dire en mimant les guillemets avec les doigts et en disant entre parenthèses. Vous avez vu le nombre de personnes qui veulent dire guillemets mais qui disent parenthèses ? Ça veut plus rien dire à la fin. Enfin on s'en fout. Je pense que ce tuto vernis est vital. En effet, j'ai pu observer à de nombreuses reprises que la plupart d'entre vous font n'importe quoi avec leurs ongles, et ça, ce n'est pas possible. Je crois que je dois vous parler aussi bien de la pose que de l'entretien du vernis lui même. Nous allons donc établir le tuto en deux parties : une partie entretien et rangement et une deuxième partie « pose » à proprement parlé.

 

Déjà, vous allez faire le tri dans vos placards. Vous savez, ce vernis couleur saumon à paillettes, nacré de surcroît, que vous aviez acheté parce que vous aviez envie d'acheter quelque chose mais qui finalement est moche et démodé (et qui l'était déjà au moment où vous l'avez acheté) ? Et que vous gardez parce que ça fait un flacon en plus dans votre collection, et qui est tout pâteux-dégueu ? Bon ben celui là vous pouvez le jeter. Ceux que vous adorez mais que vous avez depuis 3 ans, qui sont tout collés, ce n'est pas la peine de les secouer dans tous les sens ni de mettre du dissolvant dedans, ils sont morts. C'est dur à entendre, mais c'est comme ça, on jette. Oui, même si c'est du Chanel et que vous l'aviez payé 20€ et que vous étiez trop fière. Parce que du Chanel qui fait des pâtés, c'est moche quand même. Une fois les flacons triés, vous virez le beurre et les œufs de leur place dans le frigo. Si, je vous dis, il faut les conserver au frais. Et il se trouve que ce petit emplacement avec ce petit rabat vitré est idéal, presque pensé pour. L'homme se targuera certainement d'un « qu'est ce que c'est que ce bordel ? » quand il découvrira les vernis à la place du beurre, mais vous faites comme si vous n'aviez rien entendu. Il comprendra que c'est encore une de vos lubies et lâchera l'affaire.

 

Maintenant, vous êtes prête pour la pose du vernis. Je rends ici hommage à une de mes amies, qui un jour m'a dit « moi j'en mets partout, je déborde, et le surplus s'en va au bout d'un moment, quand on se lave les mains ». J'ai cru faire une syncope. Je lui demandai si elle s'en mettait jusqu'aux cuticules (si vous ne savez pas ce que sont les cuticules, ce n'est pas la peine d'essayer de vous mettre du vernis, vous êtes encore beaucoup trop novice), ce qui constitue une faute gravissime. Sachez qu'un vernis posé jusqu'aux cuticules ne se rattrape pas. Vous aurez beau frotter avec un coton tige, ça fera sale et négligé. Ça vaut donc la peine de s'appliquer dès le départ, rien ne sert de courir, il faut partir à point. Qui a dit « ça m'étonnerait que le lièvre se mette du vernis » ? Et la tortue, elle vous en pose des questions, la tortue ? Donc une fois que vous avez repoussé les cuticules, vous appliquez une base puis la couleur en deux couches et enfin, le top coat. Hé oui, le vernis, ce n'est pas pour les feignasses, y a du boulot.

 

Attention, le moment de la pose est à choisir avec grand soin. En effet, si vous avez envie d'aller aux toilettes, vous y aller avant. On se croit toutes capables de défaire le bouton de notre jean sans se faire un pock dans l'ongle. Et bien non, 9 fois sur 10, ça finit par une éraflure et vous êtes obligée de tout enlever. Et ça vous énerve, et vous avez l’impression d'avoir perdu votre après midi. Ensuite, si vous avez envie de faire la cuisine, le ménage ou prendre votre bain, ce n'est pas le moment non plus. Il faut faire un choix. Et choisir, c'est renoncer mes chères. Admettez le. On oublie aussi le soir après 18h. Sinon, c'est marques de cheveux et plis de draps assurés le matin. Et là ça vous fout la journée en l'air. Enfin, si votre bébé fait la sieste, ne comptez pas dessus. C'est exactement cette fois là qu'il se réveillera plus tôt que d'hab. Et changer une couche avec du vernis pas sec, c'est de l'ordre de l'impossible.

 

Finalement, conseil tuto : fourguez l'enfant à une amie et allez chez la manucure.

 

Séances de musculation – de l'importance de la beauté intérieure

Le 3 août 2015, 22:21 dans Maternité 0

Bonne nouvelle, un mois et demi après l'accouchement, j'ai repris le sport. Je me remuscle le périnée. En effet, à l'extérieur on voit que les fesses sont basses et que le ventre est mou, mais on ne se doute pas qu'à l'intérieur, c'est pas joli joli non plus. Et que si on n'y travaille pas, les conséquences peuvent être compliquées. Donc, séances de muscu interne obligatoires.

Et bien sûr, vous mourrez d'envie de savoir comment on se muscle le périnée. Ben vous allez savoir quand même. Pour commencer, ma sage-femme m'a dit « votre vagin est une grotte et on va s'entraîner à refermer la grotte ». C'est cela oui. « Et la grotte est fermée par un pont-levis ». Voilà voilà voilà. « Allez y, refermez le pont levis. »  QUE LA GARDE RELEVE LE PONT LEVIS ! Nan mais en vrai, comment ça, refermez le pont levis ? Parce qu'en fait, je vais être honnête avec vous, je n'ai jamais fermé de pont levis. Le château de mes parents date de la Renaissance et je ne vous cache pas que nous avons des domestiques. Ah mais vous voulez dire qu'à l'intérieur, il faut que je fasse un truc pour faire COMME SI je refermais un pont levis. Ca y est, je l'ai ! Et ben croyez moi ou pas, ça marche ! Ha ha ! Je sais que là vous êtes en train de vous fermer le pont levis pour voir ce que ça fait. Pendant que vous y êtes, sachez qu'à l'intérieur, vous pouvez faire coulisser des portes de placard, fermer un portail, faire glisser une bille depuis là jusqu'à la bouche (c'est fictif, allez pas vous coller une bille dans le slip), faire rouler et s'écraser une vague contre vos parois internes et faire décoller une montgolfière d'un coup de pied. Tut tut tut, baissez moi ce sourcil dubitatif, je vous dis que ça marche. A ce sujet, je tiens à rendre hommage à ma sage-femme et à toutes les sages-femmes d'ailleurs. Parce que convaincre les femmes qu'elles se trimbalent une grotte et une montgolfière à l'intérieur, c'est quand même balèze. Attendez la suite. Je vous ai gardé le meilleur pour la fin.

A la deuxième séance, ma sage-femme me demande si je connais Tarzan. Pas personnellement mais il a l'air sympa. « Et bien vous l'imaginez s'agrippant à une liane et passant d'arbre en arbre ». Oui oui oui. Et Cheeta est avec lui ? Nan parce que ça change le poids sur la liane du coup. Pour terminer la visite en beauté, y a encore mieux : votre anus est une pince à sucre, vous attrapez un sucre et vous le faites remonter jusqu'en haut. Qui a dit « et si on préfère le sucre en poudre, comment on fait » ?

Riez, riez, quand vous ferez pipi dans votre culotte et que vous marcherez sur vos intestins, faudra pas venir vous plaindre.

Ci-dessous, vous trouverez une représentation réaliste de ma région périnéale. Pour ceux que ça intéresse.

Voir la suite ≫